Vente pyramidale : Légale ou illégale ou une grosse arnaque

Vente pyramidale : arnaque ou pasLe principe de la vente pyramidale, appelée aussi vente Il en boule de nei!le Il est simple: il s’agit de recruter des personnes susceptibles de vendre un produit, généralement sans aucune valeur commerciale (des « méthodes » , des « livrets » Il ou de quelconques poudres de Perlimpinpin) ou n’existant pas sur le marché, en leur promettant des avantages financiers ou en nature à conditions qu’elles recrutent à leur tour d’autres vendeurs à qui elles proposeront la même chose. On aboutit ainsi à la progression géométrique d’un réseau de vendeurs en forme de pyramide, chaque « parrain » ayant en dessous de lui des « filleuls », eux-mêmes parrains d’autres filleuls. Si le principe peut paraître séduisant pour gagner rapidement de l’argent, vous l’aurez compris, il cache aussi et surtout de nombreuses arnaques.

A terme, les sommes d’argent générées par ce type de com­merce reposent moins su r l’accroîssement de la vente du produit à des consommateurs que sur l’accroissement du nombre de vendeurs, et c’est pour cette rai­son qu’il est illégal dans la plupart des pays du monde. Un tel système arrive inévitablement rapidement à saturation, puisque le nombre de vendeurs potentiel est limité, et en outre les personnes qui se trouvent en bas de la pyramide sont mathématiquement défavori­sées par rapport à celles de l’étage supérieur dont elles sont financière­ment redevables.

D’un point de vue juridique

D’un point de vue juridique, les lé­gislations des différents états défi­nissent ce principe de façon assez large. Ainsi, quel que soit le pays, un système est défini comme pyra­midal quand :

  • Les participants versent une somme d’argent en contrepartie du droit à une rémunération pour avoir recruté de nouveaux partici­pants ;
  • Les participants doivent acheter une certaine quantité de pro­duits avant de pouvoir adhérer au système ou de gravir les éche­lons au sein de ce système ou au contraire, une personne fournit délibérément aux participants des quantités de produits non justifia­bles sur le plan commercial
  • Les participants ne peuvent pas retourner les produits à des con­ditions commerciales raisonnables (au minimum 90% du prix d’achat dans un délai d’un an, en France).

Ceci n’est pas une vente pyramidale

Le système pyramidal, comme tou­tes les autres arnaques d’Internet, existait déjà avant l’apparition du web et continue d’ailleurs à exister à côté de lui. sous forme de chaines de lettres de papier, de publicités par courrier ou de petites annonces dans la presse.

Concrètement, les messages sont tous construits de manière très psychologique, et commencent fréquemment par un long récit à la première personne présenté com­me un témoignage, dont le but est de vous faire miroiter les som­mes fabuleuses que vous pourrez gagner en adhérant au système, du style : « j’étais au chômage et maintenant j’ai une belle voiture et une grande maison», «la lettre que je vous transmets ici a changé ma vie », etc. Les auteurs ne font pas preuve d’une grande imagination mais le témoignage constitue sou­vent la moitié du message, à grand renfort de chiffres, de milliers de dollars ou d’euros et de majuscules d’imprimerie.

A ce stade, il n’y a encore aucune précision sur la nature de cette nouvelle poule aux œufs d’or, mais pour endormir la méfiance du destinataire qui pourrait éven­tuellement flairer l’arnaque (on se demande bien pourquoi … ), le mes­sage prend généralement la peine d’affirmer que la méthode em­ployée est parfaitement légale», ou même effrontément qu’il «ne s’agit pas d’un système de vente pyramidale» .

Il faut en effet souligner ici une am­biguïté sur laquelle jouent de nom­breux messages, celle de la quasi­similitude entre la vente pyramidale et le commerce à paliers multiples. Beaucoup d’annonces francopho­nes utilisent ainsi cette confusion Juridique, en soulignant que le système qu’elles vous proposent est parfaitement légal parce qu’il appartient à cette forme particu­lière de commerce, et en pointant en guise de référence vers un lien qui renvoie à un site canadien dont le propos s’applique exclusivement à la législation canadienne! Mais il est tellement facile de berner des citoyens la plupart du temps tota­lement ignorants de leur propre législation …

Le principe de fonctionnement

Une fois les soupçons de la vidime endormis, le message en vient en­fin aux faits et expose les principes du système. Ces principes peuvent varier d’un message à l’autre, mais les propositions que l’on reçoit sur Internet sont souvent bâties sur le même schéma : le produit vendu est constitué de plusieurs objets ou services au nom vague ou équivoque; ce qui contribue à entretenir la confusion dans votre esprit de lecteur néophyte, objets ou services que vous devrez vous procurer auprès de plusieurs per­sonnes différentes dont les noms et adresses figurent dans le corps du message, moyennant une somme apparemment modique (quelques euros) dont on vous affirme, calculs à l’appui, que vous les récupérerez bientôt.

Lorsque vous aurez reçu ces objets, vous aurez la charge de les reven­dre à votre tour à d’autres person­nes qui les revendront elles aussi, l’un après l’autre, dans un ordre strict, et ainsi de suite. En réalité, lorsque vous aurez reçu ces objets, vous vous rendrez surtout compte de leur inutilité et vous compren­drez que vous avez été vidime d’une arnaque : non seulement vous ne réussiriez pas à les vendre de façon normale, mais en outre le système dans lequel vous êtes entré est tel, que le succès de votre vente dépendra directement de celui des personnes situées en dessous de vous, lesquelles se trouvent exacte­ment dans la même situation. Mais soit que la somme que vous avez investie dans la combine est importante, soit que vous estimez que puisque vous-même vous êtes laissé(e) piéger, il vous est parfaite­ment possible de piéger d’autres personnes à votre tour, vous décidez de continuer, ne serait-ce que pour récupérer votre argent. Pour cela, tous les moyens sont bons : spam, mail-bombing, au besoin en ache­tant des listes d’adresses, démarcha­ge, petites annonces, en espérant trouver d’autres pigeons … et vous tombez à votre tour dans l’illégalité.

Qu’est-ce qu’on risque à essayer ?

  • Le risque financier

Les risques de participer à un tel système sont nombreux. Le premier d’entre eux, on l’a vu, est financier. La viabilité et la prospérité du systè­me pyramidal sont fondées exclusi­vement sur l’accroissement du nom­bre de ses membres, lequel n’est évidemment pas infini, et le système s’effondre tôt ou tard sur lui-même. En outre, les seules personnes qui peuvent espérer tirer un réel profit de ce système sont, mathématique­ment, celles qui sont situées vers le haut de la pyramide, or lorsque vous entrez dans le système, vous êtes nécessairement à sa base et n’avez que très peu de chance d’arriver à son sommet, étant donné la masse d’adhérents que cela suppose dans les étages inférieurs au vôtre. Répé­tons-le, vous perdrez immanquable­ment l’argent que vous avez investi pour adhérer au système, ce qui peut parfois représenter des som­mes très importantes.

  • Le risque juridique

Le commerce pyramidal est illégal dans presque tous les pays, et ce même si la vente à paliers multiples est autorisée par certaines légis­lations, et à partir du moment où vous y participez, vous vous mettez en infraction et vous êtes passible des sanctions prévues par la Loi. En France, c’est un emprisonne­ment d’un an et une amende de 4 500 euros qui vous attendent (article L122-6 du Code de la Consommation), sans compter les éventuelles peines pour escroquerie prévues à l’article 313-1 du Code Pénal (cinq ans d’emprisonnement, amende de 375.000 euros).

  • Le risque sectaire

Enfin, outre les risques légaux, le commerce pyramidal comporte aussi des risques plus ou moins gra­ves pour vous-même. Il faut savoir que ce piège est utilisé par certaines sectes pour recruter de nouveaux adeptes, notamment à travers des petites annonces invitant à des grands shows au cours desquels une pression psychologique savam­ment orchestrée vous persuadera d’intégrer le système.

Que faire face à une arnaque?

Si vous pensez avoir été victime d’une entreprise de vente pyra­midale, c’est-à-dire si vous avez acheté le produit sans chercher à le revendre, sachez que la Loi vous protège dans tous les cas. En France, adressez-vous à une asso­ciation locale de consommateurs, à la direction départementale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes ou au centre technique régional de la consommation.

En conclusion, si vous êtes tenté par une opération de vente en réseau, car ce type de commerce existe aussi de façon légale, soyez très attentif à ce que l’on vous propose, demandez conseil à des profession­nels et surtout informez-vous de la législation en vigueur dans votre pays .