Souscrire son contrat d’assurance vie sur internet

Assurance-vie sur internetA près dix années balbutiantes, l’assurance vie est en train de réussir sa mue sur le Web. Tant mieux, car le placement financier préféré des Français est dans sa version moderne – un compte épargne à versements et retraits libres – parfaitement compatible avec une gestion en ligne. Un à un, les établissements financiers mettent en place des services sur la Toile: consultation de son compte, possibilité de faire des versements ou retraits directement en ligne, voire des arbitrages sur les multi-supports … Attention, tous ne sont pas au même niveau. L’écart est, par exemple, important entre un produit de la Madf, dont les outils de gestion en ligne sont remarquables, et un contrat de La Banque Postale, trop timide sur les fonctionnalités proposées. Mais la convergence des outils est en cours partout. Il faut faire vite, car la vraie révolution du Web concerne la souscription des contrats directement en ligne. Être seul derrière son ordinateur, sans passer en agence, et ouvrir une assurance vie. Pourquoi pas?

Les assureurs traditionnels testent la souscription en ligne

Certains assureurs prennent les devants. De bons contrats de mutuelles sont ainsi accessibles en quelques clics, comme ceux de la MACSF, de la Matmut ou de la Macif, Il suffit de télécharger directement le contrat en ligne, l’imprimer, le compléter, le renvoyer avec chèque et hop, la souscription est réalisée. Utile, sauf que vous n’aurez ainsi aucune faveur par rapport à une souscription avec un conseiller. Cela pourrait vite changer. Quelques banques commencent à tester la souscription en ligne de certaines assurances vie avec une ristourne sur les frais d’entrée. Exemple: BNP Paribas permet d’adhérer sur son site à son multisupport BNP Paribas Multi-placements 2 avec 50 % de réduction sur les frais d’entrée. Idem au Crédit Mutuel Nord Europe avec ACMN Avenir. Ces opérations sont discrètes, pour ne pas froisser les réseaux de distribution. Mais leur développement est inéluctable. Ce n’est toutefois pas le meilleur plan du Net, les contrats bancaires étant de qualité décevante. Plus intéressante est la piste des sites discounts. Certains conseillers en gestion de patrimoine ou courtiers d’assurances y commercialisent des contrats vendus habituellement par eux-mêmes en face à face avec leurs clients. La différence? Pas de conseil, pas de face à face, mais des frais sur versements réduits. Les contrats concernés sont des multisupports riches en fonds d’investissement, comme Cardit Multi Plus, Himalia, Swiss Lite Liberté … Furetez donc sur les sites discount-placements.com, placement-direct.fr, selfepargne.fr. Vous pourrez y trouver votre compte à condition d’être averti et autonome. Attention, l’offre est touffue. Mais pour ces contrats comme pour tout autre, rappelons cette règle clé : le chèque d’investissement doit toujours être rédigé à l’ordre de la compagnie d’assurances vie, pas du courtier ou site intermédiaire.

Les « pure players », rois du 0 % sur les versements

Reste que le vrai bon plan du Web, c’est d’aller y chercher un contrat de pure player. Entendez par là un contrat vendu exclusivement sur la Toile par un distributeur étiqueté Web, comme une banque en ligne. Pour trois raisons essentielles. D’abord, les tarifs : 0 % sur les versements, c’est la marque de fabrique de ces contrats Internet. 1 000 euros investis y font donc 1 000 euros qui rapportent des intérêts, quand les autres contrats du marché ponctionnent en moyenne 3 % sur les versements. Ensuite, les performances financières. Elles sont dans l’ensemble de bonne facture. Le fonds en euros – ce sésame qui garantit le capital investi – est d’un rapport supérieur à la moyenne du marché, avec des taux encore supérieurs à 4 % net dans la majorité des contrats du Web l’an dernier (3,30 % pour le marché). La gamme de fonds d’investissement risqué est, elle, souvent composée des meilleurs du marché, permettant aux épargnants avisés d’obtenir de bons résultats. Troisième raison cIé : la qualité technique des contrats est incontestable. Les conditions de fonctionnement sont souples, complètes, le tout pour un prix contenu. Ainsi les frais d’arbitrage sont-ils quasi systématiquement absents des contrats des pure players 1 Ajoutez à cela que la gestion en ligne y est évidemment très développée …

Huit contrats du Web dans le Top 10

Et vous obtenez un panel d’excellents contrats comparés à l’offre du marché. Nos Grands Prix de l’assurance vie, qui passent à la moulinette 600 contrats chaque année, l’attestent, chiffres à l’appui. Dans l’édition 2011, on trouvait jusqu’à 8 produits du Web dans le Top 10 des meilleurs contrats à tout faire !

Vous voilà donc prévenu. Mais vers quel contrat d’un établissement 100 % Internet se tourner? Difficile de s’y retrouver sur un créneau déjà fort d’une quarantaine de produits. S’il n’existe pas de canard boiteux sur ce marché du Web, les contrats n’en sont pas moins différents. La bonne méthode est encore de s’orienter selon son profil d’épargnant et ses objectifs patrimoniaux. Vous recherchez plutôt la sécurité du capital investi, avec un bon fonds en euros, solide? Quelques contrats sont alors vraiment en pointe. Épargnant averti, vous voulez plutôt boursicoter avec votre assurance vie? D’autres contrats, parfois les mêmes, seront plus appropriés. Dans les deux cas, le choix est suffisamment large pour trouver chaussure à son pied.

Pas si vite toutefois. Ne souscrivez pas un contrat sur Internet sans vous interroger sur leur avenir. Rappelons d’abord un point important: ce n’est pas le site Web qui est garant de votre capital, mais bel et bien la compagnie d’assurances vie émettrice du contrat souscrit. Par ricochet, si le site Internet disparaît, votre capital est toujours géré dans les comptes de l’assureur. Cette sécurité doit toutefois vous mettre en alerte si vous investissez des sommes élevées. On trouve souvent les mêmes compagnies derrière les contrats des pure players, à savoir Generali, Suravenir (filiale du Crédit Mutuel Arkéa) , les assurances vie du Crédit Mutuel Nord Europe ou encore Axa France. Si vous diversifiez votre épargne entre plusieurs contrats de sites différents, vérifiez que l’identité de l’assureur l’est aussi. Exemple: vous souscrivez un contrat chez Boursorama et un autre chez ING Direct, votre risque en matière d’épargne est identique, car l’assureur de ces deux contrats est le même, alias Generali via sa branche e-Cie Vie. Prudence, donc.

Les fonds en euros Internet dopés par les assureurs

Dans le même ordre d’idées, interrogez-vous sur le site distributeur. Il est en première ligne pour pousser l’assureur à améliorer le produit, pour vous aider en cas de problèmes … Sa disparition ne serait pas de bon augure pour l’avenir du produit distribué. Attention, les cas sont légion sur le Web. Plus généralement, c’est la politique des établissements financiers à l’égard des contrats Internet qui mérite d’être analysée, notamment la façon dont sont attribués les taux de rendement des fonds en euros. En façade, ces derniers sont très attractifs depuis plusieurs années. Mais jusqu’à quand? La question est sur la table. Les fonds en euros Internet ont été  soutenus sinon dopés par les assureurs pour attirer le chaland. Cas flagrant chez Fortuneo, où le fonds en euros du contrat Symphonis-Vie, qui dépend de l’actif général de Suravenir, l’assureur, rapporte chaque année davantage que les autres contrats gérés par la compagnie. Ce fut 4,10 % l’an dernier, contre seulement 3,30 % pour le multisupportgrand public Prévi-Options distribué par le réseau bancaire Crédit Mutuel Arkéa. C’est de toute façon le prix à payer pour rester dans la course sur un marché très concurrentiel.

Des rendements voués à garder leur avantage

Pour autant, la bonne tenue des fonds en euros sur le Net n’est pas forcément durable, comme l’illustre la forte baisse des taux enregistrée par les contrats des Assurances Crédit Mutuel Nord Europe en 2010 (moins 70 centimes sur le principal fonds en euros). A l’inverse, Generali, après un creux en 2009, a augmenté les taux attribués l’an dernier. La gestion de l’assureur italien semble plus pérenne que celle de ses concurrents, sans certitude toutefois. Au jeu des prédictions, il est cependant fort probable que l’assurance vie en ligne est vouée à poursuivre son développement. Les stars du Net devraient le rester encore longtemps.

Assurance vie : Les meilleurs offres sur internet

Pour jouer la sécurité
Le fonds en euros est le sésame de l’assurance vie, y compris sur le Web. Avec lui, le capital est garanti net de frais et les intérêts définitivement acquis.

o Altaprofits Vie : Lancé en 2000. ce contrat du site altaprofits.com s’appuie sur le fonds en euros Eurossima, géré par Generali. L’assureur italien se veut confiant dans l’avenir de ce fonds dédié aux contrats Internet. performant (4.10 % en 2010) et qui pesait 3.8 milliards fin 2010. Un contrat accessible à compter de 75 euros par mois de versements programmés.

o BforBank Vie : La banque en ligne du Crédit Agricole propose un fonds en euros alléchant, avec 4,30 % en 2010. Les ambitions de la banque l’obligeront à fournir un rendement attractif dans les années à venir : Ce contrat qui s’ouvre avec 2000 euros est géré par l’assureur Dolcea Vie, une filiale ad hoc de Predica, l’assureur vie du Crédit Agricole.

o Mes-placements Liberté : Distribué par le courtier Finance Sélection via mes-placements.fr, ce multisupport lancé en 2010 propose un fonds en euros détonnant. Géré par Spirica (ex-Axeria Vie), compagnie du Crédit Agricole. il a rapporté 4.51 % l’an dernier : Sa petite taille (630 millions fin Mars) lui permet de saisir des opportunités d’investissement.

o Bourse Direct Vie : Le fonds en euros d’Apicil Assurances – taux cumulé de 19.79 % pour 2007-2010 – booste ce contrat. Mais la baisse fut forte l’ an dernier.

o ING Direct Vie : Le fonds en euros Eurossima, géré par GeneraLi et dédié aux contrats du Web, devrait continuer à figurer dans le haut du panier. Taux de 4,10 % en 2010.

o Solid’R Vie : Ce contrat donne accès au fonds en euros Eurassima de Generali, qui a rapporté 4,10 % en 2010. Ce produit est porté par une belle association d’épargnants, l’Asac-Fapès.

 

Pour jouer la Bourse
Sur le Web, les gammes de Sicav sont toujours multi-gestionnaires. Un bon tri permet de trouver les fonds stars du marché. Voici les contrats du Net pour épargnants avertis.

o Boursorama Vie : Ce produit donne accès à 180 supports d’investissement. dont une riche panoplie de fonds profilés parmi les plus performants du marché depuis quatre ans et six Trackers. Une bonne gestion pilotée aussi. réalisée par Edmond de Rothschild Asset Management. Arbitrages en ligne. Accessible avec 1 000 euros sur le site Boursorama.

o Symphonis-Vie : C’est un mix réussi entre conditions techniques et performances financières, Sa gamme de plus de 130 fonds est finement établie. Les arbitrages en Ligne sont gratuits. Idéal et durable, ce contrat ayant déjà dix ans d’âge. A souscrire avec 500 euros sur le site Fortuneo.

o Titres@Vie : Lancé au printemps 2011, c’ est le premier contrat permettant d’acheter des actions en direct sans devoir miser des centaines de milliers d’euros. On le doit au courtier altaprofits.com et à l’assureur Swiss Life. A partir de 3 000 euros, l’assuré peut acheter, conserver et vendre en ligne les actions des 120 principales sociétés cotées françaises.

o Altaprofits Vie : Depuis dix ans, ce contrat a fait ses preuves et est idéal pour un investisseur avisé. Produit géré par Generali, accessible sur altaprofits.com. Gestion pilotée accessible en sus à partir de 5 000 euros.

o LinXea Vie : L’offre financière est pléthorique – 380 fonds disponibles – couvrant bien l’ensemble des catégories de marché. Souscription sur linxea.com pour ce produit géré par Generali.

o Mon Financier Liberté Vie : AccessibLe avec 1 000 eu ros. ce contrat permet d’investir sur près de 400 supports financiers. Les arbitrages sont gratuits et les frais contenus. Distribué par monfinancier.com et géré par l’assureur ACMN Vie.