Diversifiez vos Sicav : La règle d’or des épargnants

Diversifiez vos Sicav : La règle d’or des épargnants contre le risque Gagner de l’argent avec les fonds d’investissement est à la portée de tous. À condition de diversifier ses Sicav entre actions, obligations, devises, secteurs d’activité et pays.
Diversifiez votre portefeuille de Sicav. Telle est la seule recommandation durable que l’on puisse donner dans un environnement, où le risque prend plus que jamais de multiples formes.
Encore faut-il bien appliquer ce conseil. Et c’est là que le bât blesse. Car les chercheurs ont observé que les épargnants pratiquaient souvent une diversification qui est loin d’être la meilleure. Première erreur à éviter: la diversification naïve. Répartir son assurance vie dans quatre ou cinq Sicav investies en valeurs européennes n’est pas suffisant. Car elles peuvent toutes appliquer la même stratégie.
Notre conseil: avant d’investir dans une Sicav, consultez son contenu sur le site Internet de la société de gestion.

Internationalisez vos portefeuilles de fonds

La répartition idéale pour votre portefeuille

La répartition idéale pour votre portefeuille : Ces pourcentages sont destinés 4 à un quinquagénaire aisé dont le logement et, le cas échéant, la résidence secondaire sont payés. Ces ordres de grandeur sont à adapter à votre situation personnelle. Tout dépend de l’importance de votre patrimoine et de vos prévisions. Plus votre portefeuille est important, plus il faut le diversifier. Mais ne dépassez pas une vingtaine de lignes de Sicav. Au-delà, le suivi devient délicat.

Méfiez-vous aussi du «biais de familiarité»: dans un univers où l’offre de Sicav est de plus en plus abondante, les épargnants ont souvent tendance à privilégier les fonds qu’ils connaissent le mieux., alors que ce ne sont pas forcément les plus rentables. Beaucoup de portefeuilles de Sicav ne contiennent que des fonds investis en actions françaises alors que la Bourse de Paris est loin d’être la plus performante sur une longue période.

Notre conseil: internationalisez vos portefeuilles de Sicav : 10 % de valeurs européennes et 10 % de valeurs américaines. Attention, toutefois, aux risques de change. Si vous achetez des parts de Sicav investies en dollars et que ce dernier baisse de 5 %, la valeur de vos parts diminuera d’autant, indépendamment de l’évolution des Bourses.

Quels que soient votre âge et votre aversion aux risques, détenez, selon vos moyens, des Sicav monétaires, des Sicav obligataires et des Sicav investies en actions. A long terme, vous serez gagnant, car ces familles de placements ne réalisent pas de bonnes ou de mauvaises performances en même temps. Les investisseurs avertis peuvent pousser plus loin la logique de diversification avec des thématiques plus pointues comme les matières premières, les foncières cotées ou les pays émergents.

Autres conseils: privilégiez les Sicav investies sur des marchés assez larges. Un fonds d’actions internationales placé dans de grandes valeurs cotées dans le monde entier vous fera gagner davantage, dans la durée, qu’une Sicav spécialisée, par exemple, sur les petites valeurs technologiques thaïlandaises.

Une fois déterminée la part de chaque catégorie de Sicav, sélectionnez les placements adéquats. Consultez les sites des sociétés de gestion. Une Sicav est un placement que vous allez garder des années, donnez-vous les moyens de bien la choisir.

Enfin, assurez le suivi de votre portefeuille. L’évolution de la valeur de vos Sicav modifiera vos choix initiaux. Veinez à ce que leur répartition reste cohérente avec le niveau de risque que vous acceptez. Par exemple: vous investissez, le 1er janvier, 80 euros en actions françaises et 20 euros en actions américaines. Si, fin décembre, les premières affichent un gain de 0 % et les secondes de 50 %, votre répartition ne sera plus de 80-20 mais de 73-27. Car vous détiendrez un capital de 110 euros dont 80 d’actions françaises (80/110 = 73 %) et 30 euros d’actions américaines (30/110 = 27 %). À vous ensuite de décider si cette nouvelle répartition vous convient ou non.