Conseil pour investir en 2012: Diversifiez vos placements

Conseil pour investir en 2012 : Diversifier vos avoirs et placements2011 restera dans les annales comme une année exceptionnelle pour l’or, mais décevante pour les actions. D’où notre conseil pour 2012: diversifiez vos avoirs.

Avec l’or en hausse de plus de 15 % sur un an, l’immobilier parisien flamboyant à +14 % et des actions en baisse à l’exception des valeurs américaines, l’année 2011 porte les stigmates de la crise financière. La décote en deux temps de la dette grecque a provoqué un vaste séisme entraînant les marchés actions dans une spirale baissière. Le métal précieux reste le grand gagnant de cette défiance généralisée même s’il a un peu perdu son caractère de valeur refuge à cause de ses importantes variations. L’autre havre, l’immobilier parisien, fait fi des Cassandre qui prévoyaient un repli des prix. La réforme des plus-values et la taxation des loyers de petites surfaces n’ont affecté ni les prix du foncier ni celui des locations. Pas de quoi inciter les bailleurs à vendre leurs biens.

Les fonds en euros des contrats d’assurance vie, l’un des principaux actifs financiers des ménages, accusent sans surprise des rendements toujours supérieurs à l’inflation, même s’ils baissent depuis plusieurs années en raison de la faiblesse des taux des emprunts d’État.

Sur le front des actions, tolites les prédictions ont été déjouées. Évidemment, la psychose de la dette a entrainé des valeurs bancaires européennes par le fonds.

Classement des placements en 2011 par rentabilité moyenne

Classement de la rentabilité moyenne des placements en 2011

 

Des disparités surprenantes sur les marchés actions

Les valeurs de croissance, elles ont été plébiscitées plutôt que les défensives, délaissées par crainte d’une baisse des dividendes. Autre surprise, l’écart entre les États-Unis et l’Europe. Le Dow Jones a gagné 5,6 %, tandis que l’euro Stoxx 50 perdait 17 % et le repli de l’euro face au dollar en fin d’année accroît encore l’écart pour un investisseur européen. « Les cours sont tellement bas que les bénéfices peuvent être revus en baisse de 20% sans faire remonter leur ratio cours bénéfice à un an au-dessus de 12 », calcule Matthieu Grouès, associé Gérant de Lazard Frères Gestion, qui pense que les marchés d’Europe devraient se rattraper cette année.

Autre déconvenue, les marchés émergents: l’indice MSCI Emerging (en euros) perdant 16,4 %. Leur croissance a été pénalisée par des politiques monétaires restrictives afin de tempérer l’inflation, notamment en Chine. Dans ce contexte, les livrets bancaires et le Livret A restent de bons refuges, même si le gouvernement a renoncé à donner un coup de pouce à ce dernier le 1er Février. Le taux du Livret A reste à 2,25 % net d’impôts et de prélèvements sociaux, avec un plafond de versement à 15300 euros.