E-commerce : Comment créer une boutique en ligne?

Créer sa boutique e-commerce en ligneDévelopper sa propre boutique en ligne est tentant. Et cette image de territoire vierge que possède encore internet de nos jours permet d’imaginer de nombreux scénarios. Mais attention ! Se lancer dans ce projet, équivaut à ouvrir un pas-de-porte mondial. Les règles qui régissent le commerce électronique sont plus ou moins celles du commerce physique. Alors se lancer en ligne oui. mais hors de question de le faire n’importe comment!

Bien penser la stratégie de sa boutique

Vous êtes déjà un commerçant et possédez votre propre boutique ?

Dans ce cas. pensez à votre boutique en ligne comme à une extension de votre commerce réel. Grâce à Internet. vous pourrez toucher des clients qui ne sont pas dans votre sphère géographique classique. Votre clientèle ne se limite plus à votre ville ou votre département. mais elle s’étend désormais au monde entier! Tentant, mais ce nouveau pas-de-porte impose des responsabilités vis-à-vis de cette nouvelle clientèle. Cette connexion avec la terre entière vous impose de maîtriser la VAD : la Vente à Distance.

Vous devrez assurer les expéditions de vos produits, et respecter les délais de livraison indiqués sur votre site. La réputation d’une boutique sur Internet tient. comme dans la vie réelle. à la qualité de son service auprès des clients. C’est non seulement votre catalogue, mais surtout la rapidité de vos services et de vos réponses qui seront jugés par les internautes. Si vos produits sont spécifiques, voire uniques. vous pourrez facilement exploiter cette niche et gagner une clientèle ciblée sur Internet. Soyez visibles, n’hésitez pas à mettre en avant leurs qualités et l’historique de votre commerce. Ce sont des points que les internautes apprécieront.

Vous ne possédez pas de commerce et souhaitez vous lancer dans l’aventure?

Une boutique en ligne peut être une première étape peu onéreuse pour lancer votre premier business : pas de fonds de commerce à acquérir. pas de réaménagement de boutique … La conception d’un site web est, dans ce cas, un investissement minime face aux implications d’un commerce réel.. Mais cela reste un engagement auprès de vos futurs clients!

Monter un commerce en ligne, c’est également créer une entreprise ! Au regard de la législation française un commerce en ligne est un commerce avant tout. Vous devrez donc le déclarer suivant le même modèle fiscal que n’importe quelle entreprise !

Le statut juridique

La législation française simplifie grandement aujourd’hui la création d’entreprises individuelles, tels les commerces en ligne, il n’est plus nécessaire de créer une société à part entière pour profiter de revenus commerciaux, grâce au statut juridique d’entreprise individuelle.

Ce statut permet d’éviter le montage d’un capital propre à l’entreprise. En effet, dans ce cadre, les biens drivés de l’entrepreneur et les biens de la société sont confondus, il est donc possible d’utiliser n’importe quelle ressource pour faire vivre l’entreprise, mais en contrepartie la responsabilité légale s’étend aux biens personnels (automobile, maison … ) y compris ceux du couple en cas de communauté des biens. Rassurez-vous toutefois, des astuces existent pour épargner vos possessions les plus précieuses en cas de mauvais résultats de votre commerce en ligne.

Les démarches de déclaration de votre entreprise sont alors réduites au minimum: une simple demande d’immatriculation auprès de la chambre de commerce et d’industrie dont vous dépendez, en général celle de votre département suffit. Une fois cette immatriculation effectuée, libre à vous de commencer votre activité commerciale.

En ce qui concerne la déclaration des revenus de votre commerce, ils se font sur une déclaration complémentaire à votre déclaration de revenus habituelle au titre des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou bénéfices non commerciaux (BNC).

Si vous souhaitez en savoir plus sur les formalités à remplir pour créer votre entreprise, il existe en France l’Agence pour la création d’entreprise. Elle possède un site très complet (www.apce.com) sur leauel vous devriez trouver tous les renseignements nécessaires.

Avec l’entrée en application de la Loi de modernisation de l’économie du 4 Août 2008, le régime d’auto-entrepreneur est consacré. Depuis le 1er Janvier 2009, il est désormais plus aisé de développer son affaire.

L’élément caractéristique de ce régime est la simplicité des démarches pour déclarer son activité. Il n’ y a pas lieu de recourir à l’enregistrement au registre du commerce et des sociétés (RCS). Les formalités consistent ici en une simple déclaration de son activité au centre de formalités des entreprises (CFE). Celle-ci peut se faire directement et gratuitement en ligne.

Pour cela rendez-vous à la page http://www.auto-entrepreneur.cci.fr/declaration.htm et cliquez sur Demander un compte CFEnet.

Les allergiques aux écritures comptables seront soulagés : avec le statut d’auto-entrepreneur, seule la tenue d’un livre de recettes et d’achats est demandée.

Comme dans toute activité. un suivi régulier de sa comptabilité est la condition sine qua non d’une bonne gestion, permettant de déterminer l’état de santé de son affaire, de budgétiser ou de réaliser des études prévisionnelles.

Les cotisations sociales, quant à elles, reposent exclusivement sur le chiffre d’affaires dégagé. Elles sont actualisables mensuellement ou trimestriellement.

Les taux des charges sociales varient en fonction de la nature de l’activité exercée :

  • 12 % dans le cadre d’une activité de commerce avec un impôt sur le revenu représentant 1 % du chiffre d’affaires.
  • 21.3 % pour une activité de services auxquels s’ajoutent les 1.7 % du chiffre d’affaires au titre d’impôts sur le revenu.

Dans son volet fiscal, le statut d’auto-entrepreneur révèle une imposition reposant sur les recettes déclarées. L’article 151.0 du Code général des impôts dans son alinéa 1 énonce que « le versement libératoire de l’impôt sur le revenu repose sur le chiffre d’affaires ».

L’acquittement peut être forfaitaire (Concomitant au paiement des charges sociales). Autre caractéristique de ce statut. l’auto-entrepreneur n’est pas redevable de la TVA. Une telle donnée a son importance pour ceux évoluant dans un univers business to business. Elle doit être prise en compte lors de l’établissement de ses prix afin de ne pas faire fuir des clients potentiels tablant sur la récupération de la TVA et pouvant considérer votre tarification trop onéreuse.

Dernier point à mentionner au titre des avantages : l’exonération de la taxe professionnelle pendant deux ans après l’année de création de votre activité.

Tout régime s’accompagne de limites. En matière de retraite, le recours au statut d’auto-entrepreneur doit être réfléchi. Son aspect déclaratif repose sur l’existence d’un chiffre d’affaires : en son absence, vous êtes dans l’incapacité de cotiser à la retraite.

Veillez donc de près à votre protection sociale et pensez à souscrire à une assurance, d’autant plus si votre statut d’auto-entrepreneur ne se cumule pas avec celui de salarié ou d’étudiant.

Ne pensez pas pouvoir faire jouer votre assurance civile personnelle en cas de litige ou dommage causé dans le cadre de votre activité auto-entrepreunariale. Elle ne vous sera d’aucun recours.

Il est également vivement recommandé de faire les démarches nécessaires pour protéger son patrimoine. En effet, le corollaire d’un tel statut est la responsabilité illimitée engagée sur son patrimoine personnel en cas de dettes professionnelles. À ce titre vous pouvez envisager d’ouvrir un compte bancaire propre à votre activité auto-entrepreunariale. Il n’ y aura ainsi aucune confusion entre les opérations professionnelles et celles personnelles.

En toute hypothèse, la simplicité du formalisme de l’auto-entrepreneuriat, attractive, ne vous dispense pas d’étudier les autres régimes. Il peut être intéressant d’établir un tableau comparatif des avantages et inconvénients de chacun d’entre eux.

D’autant plus que le recours à ce statut sera bien souvent qu’une étape transitoire avant de se lancer dans la création de société. Rappelons en effet que le régime étudié comporte un seuil de 32 000 € de chiffre d’affaires pour une activité de services ou 80 000 € dans le cadre d’une activité commerciale.

N’hésitez pas à suivre sur le site de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI). toute l’actualité propre au statut d’auto-entrepreneur. En Juin 2009, la première Université des auto-entrepreneurs a été organisée.
À cette occasion, des thématiques telles que la gestion d’activité, le choix de la fiscalité appropriée, le développement du chiffre d’affaires ou la prospection de nouveaux clients ont été abordées.
Pour de plus amples informations rendez vous sur le site http://www.auto-entrepreneur.cci.fr.

Déclaration à la CNIL

Pour continuer dans un cadre juridique plus général, parlons un peu de la CNIL (Commission Nationale Informatique et Liberté: www.cnil.fr) En montant votre boutique en ligne, vous allez collecter des informations personnelles en provenance de vos clients, qu’il s’agisse de leurs coordonnées électroniques ou physiques, de leurs âge, nom et prénom, ou de n’importe quel autre type d’information. Le stockage d’informations personnelles, et surtout leur utilisation, est soumis à des règles très strictes en France.

Quelles que soient ces informations que vous collectez, vous devez informer vos clients de l’usage que vous en ferez : Utilisation sur votre site uniquement, partage avec des sites partenaires éventuels, … La CNIL met à disposition des webmasters des formulaires et mentions pré-rédigés, en accord avec la législation actuelle sur la collecte d’informations personnelles. Vous les trouverez sur une page dédiée du site de la commission: www.cnil.fr/index.php?id=1861

Pensez également à déclarer votre boutique auprès de la CNIL afin qu’ elle prenne connaissance des informations que vous conservez et de l’utilisation que vous en faites. Cette déclaration passe par un formulaire en plusieurs étapes sur le site même de la CNIL : www.cnil.fr/index.php?id=1545

Comment procéder ?

La création d’une boutique en ligne est loin d’être un « petit projet » ! C’est un véritable investissement qu’il convient de ne pas mesurer à la légère.
Le développement de votre boutique, la conception et la création de toutes ses pages et son processus vont déjà vous prendre du temps. La gestion quotidienne de votre boutique par la suite, la gestion des commandes.l’exoédition de celles-ci. les relations régulières avec vos clients … vont ensuite occuper une grande partie de votre temps. Prenez bien en compte cela avant de vous lancer dans l’aventure.

Si vous êtes toujours décidé à lancer votre propre boutique. étudiez ces questions cruciales, qu’il est bon de se poser avant de lancer n’importe quel business en ligne :

  • Qu’ allez-vous vendre?
  • Quelle approche du marché allez-vous avoir. qu’est-ce qui fera votre originalité ?

Étudiez bien attentivement le marché qui vous intéresse, histoire de vous faire une idée précise du nombre de clients que vous pouvez espérer. Des études paraissent assez régulièrement sur des sites comme le Journal Du Net (www.journaldunet.com), vous permettant d’appréhender les mutations du marché. Vous pouvez par la même occasion vous faire une idée des sociétés proposant une offre proche de la votre en effectuant quelques recherches dans Google ou en parcourant l’annuaire des sociétés de Journal du Net (httD://societe.journaldunet.com).

Établissez ce au’ on appelle un Business plan: « Document de plusieurs pages qui décrit l’ensemble du projet d’une entreprise: activité, marché, technologie, marketing, ressources humaines et plus précisément les dépenses programmées et les ressources envisagées à court et moyen terme. Ce document sert principalement à convaincre les investisseurs de la viabilité d’un projet.

Dans ce business plan, vous devrez prendre en compte l’ensemble de vos dépenses: la création de votre boutique (Location d’un espace d’hébergement, temps de développement, fabrication des biens à vendre, … ), son activité quotidienne (stockiste, frais d’expédition des biens … ) sa promotion (publicité en ligne, communiqués de presse, affichage … ), etc. Il résumera également les recettes espérées de façon réaliste en fonction du prix de vos produits, du nombre de visiteurs et du pourcentage de personnes susceptibles de passer à l’achat.

La rédaction de ce document peut s’avérer fastidieuse. mais elle est indispensable à la bonne tenue de votre future entreprise. C’est uniquement à l’aide de ce type de document que vous aurez une idée des délais de rentabilité que vous pouvez viser. et que vous connaîtrez vos objectifs réguliers en termes de vente pour que votre site soit un succès.

Si vous pensez à faire appel à des investisseurs. même si c’est là une étape ultérieure. un business plan sera indispensable pour les convaincre du bien-fondé de votre entreprise !

Ces questions tiennent du bon sens. Mais lancer un commerce n’est pas une opération à prendre à la légère, il est donc bon de les rappeler.

Les différentes étapes de la création

Les différentes étapes de la création de votre boutique en ligne, de sa conception à sa mise en ligne en passant par toutes les étapes de la construction de ses pages, sont :

  • Le choix de l’hébergeur qui accueillera votre boutique ;
  • La mise en place d’une interface de développement efficace ;
  • La conception fonctionnelle des pages et leurs spécifications ;
  • La conception et la mise en place de la base de données associée à votre boutique ;
  • Les méthodes de création de l’ensemble des pages de votre site, qu’il s’agisse du catalogue de produit ou des processus de commande ;
  • La synchronisation de votre boutique avec une interface de paiement externe ;
  • La gestion de la relation client et la mise en confiance de celui-ci afin qu’il finalise ses achats ;
  • Le référencement et le marketing en ligne afin de faire connaître votre nouveau commerce sur le Net.

L’architecture technique conseillée est axée autour du couple PHP/MySOL. Ce langage de programmation et ce système de base de données offrent tous deux l’avantage d’être disponibles gratuitement et de se trouver sur de nombreuses offres d’hébergeur !

Afin d’éviter un fastidieux travail de saisie de code PHP. la majorité des pages de votre boutique sera réalisée à l’aide de l’éditeur Dreamweaver CS, proposé par Adobe, il offre toutes les fonctionnalités nécessaires à la réalisation d’un site dynamique, sur une architecture PHP/MySOL classique.

Le design

Le design est une donnée majeure dans la construction d’un site. Est-il réussi que vos clients trouveront vos pages agréables, prendront plaisir à visiter votre site et passeront plus facilement commande. Est-il négligé ? personne ne s’attardera sur ce site peu convivial. Sa charte graphique tout comme vos logos participent à votre identité visuelle, car votre site est la vitrine de votre entreprise.

Vous trouverez également de nombreuses ressources sur Internet, en particulier sur les blogs ou sites des web-designers.