Le travail partiel ou à domicile : Pour plus de flexibilité

Le travail partiel ou à domicile : Pour plus de flexibilitéDe plus en plus d’entreprises font appel à des travailleurs indépendants pour des missions qui n’impliquent pas d’être physiquement présent dans leurs locaux. Encore faut-il disposer des bons outils, savoir aménager son espace de travail et organiser ses journées pour être opérationnel en toutes circonstances sans rester dans sa bulle.

Le sempiternel constat que l’on peut parfois entendre selon lequel « la France est en retard« , s’il est la plupart du temps exagéré, pourrait bien s’appliquer dans plusieurs cas. Précisons toutefois que, si retard il y a concernant le travail à la maison, il est plus imputable à une certaine rigidité des mentalités qu’à la qualité mise à disposition des travailleurs indépendants évoluant dans les sphères de l’informatique.
En réalité, l’entreprise qui recrute recherche la plus souvent une compétence, mais « achète » également une présence. Ne pas avoir les personnels qualifiés sous la main est curieusement vécu par le chef d’entreprise comme une perte de contrôle. La généralisation des téléphones mobiles intégrés aux flottes des entreprises (le salarié ne paie pas les communications) a en outre rendu la majorité des personnes équipées tout le temps joignables. Ce qui en fait même oublier à certains que la pause déjeuner est justement prévue pour cesser temporairement toute activité. Enfin, il n’est pas rare qu’un cadre qui termine tard le soir les tâches de la journée non achevées se voie répondre qu’il est mal organisé ou qu’il ne sait pas déléguer la travail à domicile n’était donc jusqu’alors pas estimé à sa juste valeur.

Le travail partiel ou à domicile est avantageux pour l’entreprise
Dans sa gestion des ressources humaines, Microsoft a cependant rompu avec ce schéma de présence impérieuse dans les locaux, considérant que le résultat prévalait sur la disponibilité physique. En son temps d’ailleurs, IBM avait déjà mis en place une vaste salle de travail commune pour tous les commerciaux itinérants, qui n’avaient donc pas leur propre bureau et qui utilisaient cet espace pour télécharger des mises à jour (calendrier, fichier client) avant de repartir sur le terrain.

En 2012, les mentalités ont cependant évolué, les entreprises s’étant finalement rendu compte des bénéfices du travail partiel ou total à domicile : économie substantielle sur la superficie des locaux d’un côté, productivité accrue pour le salarié qui ne passe plus deux heures dans les transports en commun ou dans sa voiture, en bénéficiant des outils et systèmes qui permettent d’être efficace au domicile ou en déplacement comme le cloud, mais également les logiciels aisément transportables participent de ce nouveau confort.

Attention tout de même car, non seulement le statut d’auto-entrepreneur peut se révéler précaire si un portefeuille de clients n’est pas constitué en amont, mais le risque d’une relative désocialisation guette aussi tous ceux qui produisent depuis leur domicile. Tout est-donc affaire d’équilibre entre l’efficacité offerte par l’informatique et l’isolement relatif qui peut en découler.