Épargne : Transferts massifs vers les Livrets A et les LDD

Epargne français: Livret A et Livret DD

La Français veulent absolument sécuriser leur épargne, cela s’est manifestée en fin de l’année 2012 par des transferts massifs en faveur des Livrets A et des Livrets de développement durable.

 

Le chiffre peut impressionner : 21 milliards d’euros ont été versés par les Français sur leurs livrets A et LDD au seul mois d’octobre 2012, dans la foulée du relèvement des plafonds de 6 000 à 12000 euros pour le LDD et de 15 300 à 19 125 euros pour le Livret A. Le grand gagnant est le LDD qui a récolté 13,94 milliards, contre 5,2 milliards pour le Livret A.

Taux de croissance des placements bancaires

Taux de croissance des placements bancaires

La fiscalité et le chômage favorisent les Livrets A
Mais le Livret A devrait bénéficier d’une deuxième fenêtre de tir début 2013, son plafond devant à nouveau être augmenté de 25% à 22 950 euros afin d’aller pas à pas vers un doublement du plafond initial (soit 30 600 euros).
Tout laisse à penser que les épargnants ne laisseront pas passer l’occasion de défiscaliser un peu plus leur épargne. «L’impact des augmentations d’impôt par le gouvernement est double, souligne Philippe Crevel, secrétaire général du Cercle des épargnants. Premièrement, l’assujettissement des livrets bancaires, des dividendes et des intérêts des obligations au barème de l’impôt sur le revenu a rendu plus attractif l’épargne défiscalisée. Deuxièmement, quand un gouvernement annonce des augmentations d’impôts, les Français ont tendance à accroître leur effort d’épargne de précaution». Sans oublier la peur du chômage qui pousse les fourmis françaises à porter leur taux d’épargne à ses sommets, autour de 16% et de préférence sur des placements d’attente sûrs. Si bien que l’ensemble des livrets affiche une hausse de 8,8% en octobre après 8 % en septembre, malgré 12,4 milliards de retraits sur les livrets fiscalisés au profit du Livret A en octobre. Et même l’assurance vie connaît un retour en grâce avec une collecte nette de 1,7 milliard. Du jamais vu depuis le mois de juin 2011 (3,7 milliards collectés ce mois-là).
À côté, la croissance des dépôts à vue s’atténue (4% après 6,4 %). Seuls les placements en actions et obligations auraient pâti de ces transferts.

La baisse probable du taux du Livret A, lors de sa prochaine révision bisannuelle en février 2013, enrayera-t-elle le mouvement? Son taux suit une formule qui retient le meilleur entre la moyenne de l’inflation et des taux courts et l’inflation majorée d’un quart de point. L’indice des prix hors tabac sur un an étant tombé à 1,3% en novembre, le taux du livret A pourrait revenir à 1,75% ou 2% si le gouvernement atténue la baisse comme il l’a fait dans le passé.

Une mission bicentenaire
Ce sera toujours mieux que l’inflation, selon la volonté de son créateur Louis XVIII, en 1818, de préserver l’épargne des Français! D’où aussi la garantie de l’État sur les livrets réglementés. Les épargnants ne la bouderont pas.